À L’EUROPE ET À L’AMÉRIQUE

Libérée de ses chaînes 2

Anna von Reitz 2Par Anna Von Reitz

Même si ce message s’adresse principalement à mes amis européens, il doit également être lu par les Américains.

Chaque semaine, je reçois des tonnes de courrier d’Européens qui se sont réveillés et ont compris qu’ils sont dans le même bateau que les Américains. Invariablement, ils veulent savoir “Que pouvons-NOUS faire dans notre pays à propos de notre situation ?”, “Pouvez-vous aider ?”

Tout ce que nous pouvons faire à ce stade (à quelques exceptions près) est de partager ce que nous avons trouvé et à aiguiller les Européens dans la bonne direction pour faire des recherches sur la manière dont leurs gouvernements nationaux ont été corrompus. Cela diffère quelque peu d’un pays à l’autre car tout a été fait par voie de législation.

Un point clé à retenir est que la “législation”, de par sa nature, n’est pas le Droit Public de l’Humanité. La législation c’est le droit des sociétés et ne doit s’appliquer qu’aux employés et représentants des sociétés, et pas du tout au grand public1. Les législatures américaines provenant des “États de (État)”2 ont tenté de chausser deux casquettes : l’une en tant que législature adoptant des “lois de session générale” s’appliquant aux fiducies d’État qui furent créées après la Guerre Civile, et l’autre en tant que législature gérant les affaires des sociétés “États de (État)”, ce qui a abouti à des “statuts d’État”.

Les deux types différents de lois sont le résultat direct de la volonté des législatures “d’État de (État)” de tenter de jouer deux rôles distincts : l’un en tant que Fiduciaire de notre État de l’Union, et l’autre en tant que magnats des affaires résolus à réaliser, à nos dépens, des profits pour leur société d’État. C’est un conflit d’intérêts grave et flagrant. Vous constaterez le même schéma d’abus et de “fonctionnement bilatéral” dans la gestion des autorités régionales, municipales et paroissiales en Europe. Depuis la Seconde Guerre mondiale, dans notre pays au moins, la situation est encore pire. Nous avons eu un corps législatif agissant en trois capacités en conflit… après quoi, les gens se demandent pourquoi le Congrès et les législatures “d’État” sont toujours bloqués et n’arrivent à rien faire, et quand ils font quelque chose, c’est presque toujours mauvais ? Ben…

En Alaska, par exemple, vous avez un organe agissant — du moins prétendument — en tant que “législature d’État” et se faisant appeler “Assemblée Législative d’Alaska” — alors qu’en réalité, il s’agit d’un groupe de gens agissant à trois titres différents et contradictoires :

  1. un conseil d’administration pour l’État d’Alaska (une fiducie),

  2. un “corps législatif” de la franchise territoriale britannique exerçant des activités sous le nom de “État d’Alaska”, et

  3. le “corps législatif” pour la franchise municipale exerçant ses activités sous le nom de “ÉTAT D’ALASKA”.

Lorsque vous commencerez à examiner le fonctionnement réel de votre gouvernement par rapport au fonctionnement qu’il devrait avoir, vous remarquerez qu’il a été utilisé afin d’usurper des pouvoirs non autorisés sur le peuple, que ces institutions sont censées servir, et que vos corps législatifs ont été plongés dans des conflits d’intérêts irréconciliables. C’est un miasme rampant qui est propagé au niveau international par l’armée américaine sous la direction de banquiers vicieux, principalement européens, qui ont utilisé et abusé de l’armée américaine, et essaient aujourd’hui aussi d’utiliser et d’abuser de l’armée chinoise.

Pour identifier avec précision le moment où cela s’est réellement mis en place ces derniers temps, nous soulignons le règne ultérieur de la reine Victoria d’Angleterre et la nature même des débats de Disraeli et de Gladstone. Disraeli promit à la reine de faire d’elle “l’Impératrice des Indes” si elle permettait “l’émancipation” — pensez aux franchises Dairy Queen — des classes ouvrières anglaise, écossaise et irlandaise. Promue comme une bonne chose et comme un pas en avant pour la classe ouvrière, il s’agissait en fait d’une forme de piége :

  1. dans lequel les victimes furent asservies et déclarées en tant que biens meubles en vertu du droit maritime, et

  2. par lequel  la “citoyenneté” leur fut conférée en tant qu’employés et personnes à charge du gouvernement de la Grande-Bretagne et, plus tard, du Royaume-Uni.

Puis, les Maîtres et les Seigneurs du ministère des Finances (M. Disraeli, en particulier) ainsi que les commissaires de la Securities and Exchange Commission3, ainsi que les propriétaires et exploitants catholiques romains de Cede and Company, des DTC4/DTCC5 et de nombreuses autres organisations similaires dont ils savaient tous et savent encore qu’il est totalement illégal, illégitime et immoral de “titriser” un Homme vivant ou d’hypothéquer une dette contre un homme vivant, ont donc abusé du tribunal des successions et de “l’Autre bureau” de la Reine, la Présidence du Patrimoine, pour déclarer “juridiquement morts” tous les Anglais, Écossais et Irlandais nouvellement franchisés. Ils pouvaient alors “légalement”, selon eux, mais toujours illégitimement et immoralement, saisir les noms et le patrimoine des victimes, établir des fiducies Cestui Que Vie6 en usant de leurs NOMS, “titriser” leur patrimoine en émettant au profit des sociétés gouvernementales coupables du crédit basé sur la valeur de ce patrimoine. Ainsi, le vol et l’esclavage dissimulés d’Anglais, d’Irlandais et d’Écossais ont payé pour la conquête et l’esclavage pas si dissimulé du sous-continent indien. La reine obtint son titre d’ “Impératrice des Indes” au prix de son âme, et si le peuple avait vraiment compris ce qui lui avait été infligé, il est fort probable qu’elle eut même été détrônée.

Nous, les Américains, avons été utilisés, à notre insu, comme mercenaires stipendiés dans des guerres à but lucratif, puis avons également été obligés de payer les frais de ces guerres. C’est un schéma qui commença avec la Guerre de Trente Ans en Europe — qui dure depuis en n’ayant pris que quelques bosses. Pour cette raison, nous et le reste du monde, pouvons “remercier” les banquiers suisses, anglais, français et new-yorkais, ainsi que — et surtout — les différents courtiers en valeurs mobilières et autorités boursières qui sont supposés encadrer ces négociants et ces transactions, le personnel militaire à qui on a menti et qui n’a eu accès qu’à des informations fragmentées, tous les membres de toutes les associations du Barreau du monde entier, et les politiciens qui ont été soit intelligents mais véreux, soit élus parce qu’ils étaient malléables et bêtes comme des pieds. Ces rats ont élaboré au moyen de la législation une série de contrats iniques, puis les ont imposés sous l’apparence de la loi et les ont utilisés pour tous nous “redéfinir” en tant qu’employés ou représentants du gouvernement afin de leur permettre d’exercer leur prétendu contrôle sur nous, et de renforcer leur capacité de nous asservir et nous dominer en usant de leur propre faculté à légiférer les “politiques publiques” de leurs sociétés.

Ce n’est pas ainsi que c’est censé marcher, c’est tout simplement le résultat direct du conflit d’intérêts exposé plus haut et de la pratique consistant à laisser une législature exercer deux ou trois, voire plus, de telles capacités divergentes. Maintenant que vous pouvez voir ce qu’est la situation et comment elle a surgi, vous comprenez également la nécessité d’objecter à ces contrats “iniques” qui vous ont été imposés sous la forme de citoyennetés “conférées”.

Un “contrat inique” est un contrat dont vous n’avez pas du tout connaissance et dont vous ne pouvez pas raisonnablement avoir connaissance — tel un contrat conclu avec un bébé, ce qui est précisément ce qu’ont fait ces monstres s’agissant des pratiques de déclaration des naissances qu’ils ont établies dans le monde entier. En Amérique, le gouvernement [militaire] territorial britannique en est responsable, et en va de sa belle histoire pour tenter de se justifier. Il a prétendu que notre pays tout entier était toujours engagé dans une “guerre” — et qu’en fait la Guerre Civile américaine se poursuit comme par magie plus de 150 ans après la fin des hostilités. Usant de cette vaine excuse, ils ont défini notre pays dans son ensemble comme un “champ de bataille” et ont mis en place des régions quasi militaires et des gouvernements de région pour les accompagner. Ils parcourent le “champ de bataille” en s’attribuant la “garde préventive” de nourrissons “perdus et non identifiés” — pourtant étendus dans les bras de leur mère… — en “présumant” qu’ils sont des “citoyens américains”, et en “présumant” également que les mères sont de simples “informatrices” qui “ont trouvé” les bébés sur ce faux “champ de bataille”. C’est ainsi qu’ils nous ont à tous, “conféré” (“accordé”) la citoyenneté américaine et nous ont surnommés “employés du gouvernement fédéral” en nous plaçant sous leur loi statutaire d’entreprise, à notre insu et sans notre consentement, tandis que nous étions encore des bébés dans nos berceaux — et ceci au moyen d’un contrat commercial inique. Si vous croyez leurs foutaises, il y aurait 350 millions de fonctionnaires en Amérique, sans personne à servir que d’autres fonctionnaires…

Comme si cette fraude honteuse et cet abus de confiance par nos déloyaux employés territoriaux britanniques n’étaient pas suffisants, le Congrès agissant en sa “capacité municipale” — c’est-à-dire en tant que gouvernement de pleins pouvoirs de la Municipalité de Washington D.C. [Article 1, Section 8, Clause 17] — a rejoint la partie et nous a “conféré” un “don” bien pire de “citoyenneté municipale” qui nous définit en tant qu’ESCLAVES, DÉBITEURS, FUGITIFS, et tout autre qualificatif dont ces vermines daignent nous affubler. C’est donc avec un étrange émerveillement qu’ils réussissent à s’en sortir depuis 150 ans.

Personne n’a même examiné la source de toutes ces horreurs : la Loi sur la Conscription de 1863, afin de déterminer si les dirigeants de sociétés élus des États confédérés du Nord (qui étaient en réalité des “États de (État)” et des sociétés commerciales au bord de la faillite — et pas du tout nos États actuels) avaient une quelconque autorité pour prendre de telles mesures en premier lieu.

Je suppose que c’est notre antipathie naturelle envers le “gouvernement” qui pousse la vaste majorité d’entre nous à nous en éloigner comme d’un amoncellement de crottes de chien se liquéfiant sous la pluie… en espérant simplement garder nos chaussures propres. Mais la situation a tellement empiré que mêmes les sensibilités les plus offensées doivent être surmontées, et nous devons prêter attention à l’Histoire, à la loi, aux faits et à la conjoncture véritablement désespérée qu’ont connue la majorité des pays du monde.

Pour ceux qui vivent en Angleterre, en Écosse, en Irlande et au Pays de Galles, nous venons de parler du schéma de base qui était employé, de qui l’employait, pourquoi ils l’employaient, etc., et grosso modo comment ils l’employaient :

  1. immatriculation et privatisation des fonctions gouvernementales au moyen de “lois des sociétés municipales”,

  2. lois exigeant la déclaration des naissances,

  3. lois conférant la “citoyenneté présumée aux mineurs” et aux “civils inconnus” en vertu des auspices militaires et de “l’urgence civile”,

  4. lois relatives aux personnes disparues et à l’homologation de leur patrimoine en tant que fiducies Cestui Que Vie,

  5. lois maritimes permettant la “saisie” de gens en tant qu’ “officiers présumés” responsables des dettes de “navires” abandonnés” — c’est-à-dire premiers-maîtres et agents chargés de la retenue d’impôt à la source — nous avons trouvé tout ceci inclus dans les “règles supplémentaires du droit maritime”, ajoutées, après coup et comme par magie, aux règles fédérales de procédure civile, mais qui constituent en vérité la raison même de l’existence des Règles Fédérales de Procédure Civile, et

  6. inscriptions au registre électoral et octroi de licences pour exercer des activités — comme se marier et conduire sa propre voiture jusqu’à l’épicerie —qui ne sont normalement PAS interdits ni ne peuvent l’être.

  7. Ces six domaines généraux d’intérêt sont tout ce que vous devez tous rechercher pour reconstituer “l’historique législatif” incriminé, tout en maintenant votre perspective et en revendiquant votre nom véritable et votre patrimoine, et en rétablissant vos gouvernements nationaux légitimes.

Si nous sommes suffisamment nombreux à nous réveiller à travers le monde et à déterminer que cette criminalité n’a que trop duré et ne sera plus tolérée étant donné qu’elle a causé 90% de la misère du monde, nous pourrons changer la donne.

En reprenant notre statut politique imprescriptible en tant qu’hommes et femmes vivants et en gérant nos gouvernements nationaux légitimes indépendamment des agissements des menteurs et conspirateurs, nous pourrons éliminer et liquider les sociétés pirates et leur personnel en usant de leurs propres règles sans tirer un seul coup de feu. Nous pouvons nous soutenir et nous défendre mutuellement, et, à terme, l’immensité de cette criminalité et de ses terribles conséquences sur tout le monde — y compris ceux qui défendent ce “système” de choses — sera révélée au grand jour. Pour cette cause aussi importante que nécessaire, nous sommes tous appelés, et l’appel est urgent. Parlez-en à tous ceux que vous connaissez. Voilà où nous nous tenons, voilà comment nous en sommes arrivés où nous nous tenons, et voilà ce que nous devons faire pour en sortir :

  • enregistrer notre revendication d’être ce que nous sommes,

  • enregistrer notre revendication de reprendre notre statut politique imprescriptible,

  • nous organiser,

  • mettre en place et gérer nos gouvernements nationaux légitimes.

Évidemment, en agissant de la sorte, nous ne ferons plus partie du “système” babylonien que la reine Victoria et son perfide ministre des Finances nous ont imposé, mais nous pouvons toujours rendre la tâche difficile aux pourvoyeurs de ce “système” simplement en reconnaissant le fait qu’ils agissent de mauvaise foi et comme des criminels, et aussi en les informant ainsi que leurs sous-fifres qu’ils agissent sous l’apparence de la loi en usant de contrats iniques, en poursuivant indûment et selon le droit maritime des Hommes vivant sur la terre, et en participant à une multitude de crimes, y compris : conversion illicite, usurpation d’identité, imitation, manœuvres frauduleuses, conspiration contre le gouvernement légitime, trahison envers le gouvernement légitime, violation de contrats de services commerciaux, pratiques contractuelles iniques, mauvaise foi, revendications commerciales frauduleuses, enlèvement, pressions en tous genres, asservissement et piraterie sur la terre ferme7.

Présentez ces informations à vos juristes locaux et à vos autorités judiciaires et agents chargés de l’application des lois (ACAL)8 et demandez-leur s’ils ont les tripes de s’impliquer davantage dans cette machination. Si leur réponse est non, offrez-leur deux choix : soit garder leur position dans le “système” et remuer ciel et terre pour le transformer de l’intérieur ; ou alors quitter le Barreau et profiter du vaste monde en tant que conseillers juridiques, et ainsi aider à transformer le “système” de l’extérieur.

S’agissant des agents chargés de l’application des lois, ce choix consiste à devenir un Agent du Maintien de la Paix (AMP) plutôt que de rester un ACAL9.

Bonne chance, Europe ! Surtout à tous mes cousins germains d’Allemagne et d’Écosse aux abois ! Rappelez-vous qu’en faisant face à tout cela, nous avons un grand avantage sur les sociétés : nous existons en tant que créations vivantes du Créateur, alors qu’ils sont coincés avec des morceaux de papier rangés dans des classeurs.

Traduit de l’anglais par Sylvie Buisson (07 mai 2019).

Source : Anna von Reitz http://annavonreitz.com/europeandamerica.pdf


Les Notes de BibiCabaya :

2 Exemple : État de Virginie ou ÉTAT DE VIRGINIE, la Virginie étant un État d’où “État de (État)”. 

3 Gendarme américain de la Bourse.

4 The Depository Trust Company.

5 The Depository Trust & Clearing Corporation.

6 Davantage sur la Fiducie Cestui Que Vie ; extrait «En fait, le système d’esclavage nous a été imposé à tous et a été maintenu pendant des siècles en construisant des murs dans notre esprit par la propagande et le conditionnement, créant la fausse conviction que nous ne méritions pas mieux, que nous ne faisions pas partie d’un plus vaste plan et que nous devrions plutôt nous contenter des documents, des miettes et des “indulgences” qui nous ont été accordés par les puissances qui furent (PQF), alors que le système lui-même récolte des milliards de dollars chaque année, directement de la sueur et du sang de notre travail…» (Traduit par Sylvie Buisson, 07 mai 2019) https://web.archive.org/web/20140706031358/http://one-heaven.org/canons/positive_law/article/100.html

7 Étant entendu que la piraterie est une pratique/activité maritime.

8 Il s’agit d’agents (policiers, gendarmes, CRS, BAC, et autres milices) chargés de faire appliquer — par agression si nécessaire — des statuts iniques et illégitimes qui ne s’appliquent pas à nous en tant qu’Hommes et Femmes, et qui sont issus de sociétés (entités fictives) qui n’ont ni l’autorité ni la vocation à nous gérer ou à gérer nos vies — et qui causent la situation de pauvreté et d’asservissement des populations à travers le monde.

9 La différence est de taille et vous en trouverez détails dans le Guide de l’Être Souverain.*

*

*

*

*

*

*

*

*

*