UNE GUERRE SPIRITUELLE

Guerre spirituelle 2

Par Anna von Reitz

Anna von Reitz 2
Anna von Reitz

Cela a été dit à maintes reprises et de nombreuses façons, et c’est clairement énoncé dans la Bible : nous ne luttons pas contre la chair mais contre l’Esprit du Mal. Tout ce que l’Esprit du Mal incarne est semblable à lui-même : trompeur, illusoire, irréel tout en ayant une forme. Gardez à l’esprit que le Saint-Esprit fait naître Ses enfants et Ses fruits de la même façon, sauf que ce qu’Il incarne est semblable à Lui-même : honnête, vrai, imprégné d’un pouvoir sans fin dérivé de notre Créateur.

L’Esprit du Mal s’épanouit dans le secret, la tromperie et la distorsion. Le Saint-Esprit se nourrit de transparence, de vérité et de clarté. C’est aussi simple que ça et la seule chose qui retient l’humanité, c’est la peur. Il faut du courage pour embrasser le Saint-Esprit et plus de courage encore pour vivre nos vies sans crainte, mais cela peut être fait. La peur et le mensonge sont les plus grandes armes de nos adversaires : la peur qui nous empêche d’agir sur nos convictions, et les mensonges qui nous empêchent de connaître la vérité et d’agir de manière appropriée… de sorte que nos efforts sont vains.

Ceux qui voudraient nous garder en esclavage cherchent à nous garder confus et mal informés, souhaitant que nous nous accrochions à nos propres chaînes et que nous croyions aux secrets et à l’argent. Si vous êtes prêt à avancer, alors venez. Admettez que le temps n’existe pas, il n’y a que Maintenant. Admettez que l’argent n’existe pas, ce n’est qu’un symbole de valeur. Admettez que les secrets n’existent pas, tout est connu. Admettez et sachez que le Saint Esprit en vous est incroyablement puissant, que l’amour est la véritable devise de l’Univers et que votre force se situe bien au-delà de votre corps physique dans le royaume de l’esprit et du mental.

Si vous voulez vaincre l’Esprit du Mal, vous devez vaincre l’illusion et la peur. Vous avez entendu dire que, ces jours-ci, nous allons nous frotter au Mal dans les Hautes Sphères et vous savez que le Malin sera relâché pendant un court laps de temps avant la fin de ce monde tel que nous le connaissons. Ne désespérez pas et ne vous inquiétez pas ; toutes ces choses qui se passent doivent arriver ; mettez plutôt l’armure complète de Dieu et de Sa paix qui dépasse toute compréhension. Redoublez d’efforts afin de dissoudre les Grands Sceaux et de relâcher lentement les énergies refoulées de la Terre. Sentez-les commencer à se mouvoir comme elles le devraient. Libérez tous vos mauvais souvenirs, vos traumatismes, vos rancunes, vos pertes et vos chagrins. Laissez les partir.

Au cours des six derniers mois, j’ai accumulé beaucoup de “poisse” : blessures, déceptions, pertes. Je les ai examinées comme des objets, comme des dents cariées qui ont été extraites et qui ne peuvent plus causer de douleur ; comme des objets que je regarde avant de les jeter. Ils firent partie de ma vie à un moment donné, mais ce sont des bagages aujourd’hui, des bagages que je ne prendrai pas avec moi demain, ni la semaine prochaine, ni l’année prochaine. C’est comme si ces choses douloureuses, ces blessures étaient arrivées à quelqu’un d’autre. Je m’éloigne d’elles. Je les vois pour ce qu’elles sont et je les laisse partir. Vieille blessure au genou ? Disparue. Moments extrêmement embarrassants ? Disparus. Amours perdues ? Disparues. Vains regrets ? Disparus. Colère dévorante ? Disparue. Ce qui aurait pu arriver ? Disparu. Et à chaque chose que vous jetez, votre âme devient plus légère et plus forte. Nous sommes comme des cristaux fracturés : toute cette douleur, toutes ces blessures ont rempli leur fonction qui était de nous briser afin que nous puissions capturer et disperser plus de Lumière. Mais après avoir rempli leur mission, elles peuvent maintenant s’en aller. Cette semaine, laissez partir la douleur. Relâchez-la dans le vide quelque part au-delà d’hier. Venez avec moi à ma Place de Bonheur, si vous n’avez pas votre propre Place de Bonheur. Ma Place de Bonheur est une prairie traversée par un cours d’eau fraîche, propre, au courant rapide et peu profond. Dans la prairie l’herbe est tendre et il y a des petites fleurs, il y a des oiseaux dans les arbres qui poussent le long des berges, et le sable et les graviers sur le lit du cours d’eau sont doux et propres sous les pieds…

Je patauge au milieu du cours d’eau et laisse l’eau emporter toute ma tristesse, toute ma fatigue, toute ma douleur. Je regarde le poisson minuscule darder ici et là. Je vois les libellules planer au-dessus des lis jaunes qui poussent dans un petit bassin juste en aval. C’est le début de l’après-midi en plein été et le soleil brûlant est bien équilibré par un vent frais et une eau fraîche. C’est une vieille petite ferme dans le Midwest : rien de grandiose, pas de palais, pas de bâtiment du tout, mais je suis parfaitement en paix là, et éternellement renouvelée.

Prenez le temps de vous rendre dans votre Place de Bonheur cette semaine. Cherchez l’allègement de votre fardeau et le renouvellement de votre esprit. Rappelez-vous ce qui compte et laissez partir tout le reste. De cette manière, en faisant de cela votre routine, vous serez constamment restauré et renouvelé, libéré des souffrances du passé, et prêt et capable d’accepter de nouvelles bénédictions et de nouvelles opportunités sans être alourdi ni effrayé.

Traduit de l’anglais par Sylvie Buisson (07 juin 2019)

Source : Anna von Reitz http://annavonreitz.com/aspiritualwar.pdf

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.