PREUVES DU GÉNOCIDE : TEST PCR DU CORONAVIRUS

Par Ariyana Love

AUCUN VIRUS ISOLÉ

Le coronavirus n’existe pas. Aucun «virus» n’a jamais été isolé et il n’existe aucune preuve scientifique qu’un «virus» nommé «Coronavirus» est à l’origine du Covid-19. Examinons maintenant les preuves.

Grâce à une demande d’accès à l’information (FOI [1]), Gemma O’Doherty, une journaliste d’investigation en Irlande, a obtenu en novembre une preuve documentée du ministère de la Santé déclarant que le gouvernement britannique n’avait aucune preuve qu’un «virus» appelé «coronavirus» existe. La vidéo Youtube originale a été censurée de façon tyrannique mais j’en ai téléversé une copie sur Bitchute.

O’Doherty a déclaré que c’était «la plus grande fraude perpétrée contre l’humanité».

Vidéo : GEMMA O’DOHERTY – IL N’EXISTE PAS, LE VIRUS N’EXISTE PAS

Le 13 juillet 2020, le Center for Disease Control (CDC) aux États-Unis a déclaré à la page 43 de son rapport, sous la rubrique Performance Analytique :

«Aucun isolat viral quantifié du nCoV 2019 n’est actuellement disponible» (mis à jour le 1er décembre 2020).

Voici le panneau de diagnostic 2019 de RT-PCR en temps réel du CDC daté du 13 juillet 2020. Page 43 du site Web fda.gov indiquant :

«Puisque aucun isolat de virus qualifié du 2019-nCoV n’est actuellement disponible…».

Cela signifie qu’un «virus» n’existe pas. Afin d’établir qu’un virus existe, ils ont abusé frauduleusement du test PCR :

Ainsi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré une «pandémie de coronavirus» le 11 mars 2020 sans aucune preuve d’un isolat de «virus» ? N’est-ce pas de la FRAUDE ?

L’UTILISATION FRAUDULEUSE DU TEST PCR

Le test PCR a été inventé par le biochimiste et lauréat du prix Nobel, Dr Kary Mullis. Il n’a jamais été conçu pour être un outil de diagnostic de maladies ou de virus. En fait, le test PCR est incapable d’isoler une infection virale ou un virus vivant. Le test ne fait pas la différence entre les virus vivants et les virus morts. Parce qu’un échantillon viral est si petit, afin de pouvoir voir l’échantillon d’ARN au microscope, il passe par des cycles. Le test doit être exécuté de 30 à 35 cycles maximum. Tout ce qui dépasse 35 cycles déclenchera de faux positifs. Sachant cela, les laboratoires américains utilisent 37 à 40 cycles et le gouvernement britannique en utilise 45.

Malheureusement, le Dr Mullis est décédé deux mois avant que Bill Gates et ses eugénistes élitistes du gouvernement et des principales organisations mondiales de santé ne lancent Événement 201 «Exercice de formation à la préparation à une pandémie de coronavirus» dont nous sommes définitivement victimes en ce moment. Si le Dr Mullis était vivant aujourd’hui, il briserait cette utilisation frauduleuse de son invention comme il l’a fait dans le passé. Le Dr Mullis a ouvertement mis en garde contre l’utilisation abusive de son test PCR.

Dans l’émission du 03 octobre de Spiro Skouras, ce dernier explique comment le monde est victime d’une arnaque et souligne les propres mots du Dr Mullis discutant des vastes limites des tests PCR à des fins dediagnostic. C’est ainsi que les gouvernements contrôlent le nombre de cas de Covid-19. Ils peuvent les augmenter ou les diminuer à volonté. Les médias grand public génèrent de la peur et les gens courent pour se faire tester, puis ils amplifient les cycles lorsqu’ils ont besoin d’augmenter les chiffres. Il n’y a pas de porteurs asymptomatiques, SEULEMENT de faux positifs.

SOURCE DE TROMPERIE

Le chercheur et blogueur, Francis Leader, a fait un excellent travail de documentation de la manipulation de la science et du manque de preuve d’un isolat de «virus» Corona sur son blog dans l’article : PERSONNE N’A PROUVÉ QUE COVID19 EXISTE : une collection de preuves par lesquelles elle démontre cette piste de tromperie et de pseudoscience. Le compte Twitter de Mme Leader a été suspendu à Noël dans le cadre de la nouvelle purge tyrannique radicale des preuves clés par des experts de ce canular pandémique mondial et de la suspension de comptes tels que celui du Dr Zelenko.

Mme Leader souligne que les laboratoires scientifiques ont utilisé le test RT-PCR pour amplifier les échantillons d’ARN de personnes malades. Ils ont comparé les résultats avec la séquence du génome fournie initialement par l’étude de Wuhan en février 2020. Mais cette étude n’a pas utilisé de culture pure ni d’isolat. Oxford a «confirmé» une correspondance de séquence SARSCoV2, mais les postulats de Koch n’ont été satisfaits par aucun laboratoire nulle part. C’était la même chose en Australie. L’Institut Doherty aurait isolé le virus, mais lorsqu’il a été chargé de valider des tests en provenance de Chine, il a utilisé une simulation parce qu’il ne pouvait pas trouver suffisamment d’échantillons du virus de patients !

{Les scientifiques d’]Oxford se basaient sur une base fragile lorsqu’ils ont choisi de faire confiance à l’étude chinoise qu’ils citaient dans cet article, souligne Mme Leader. L’un d’entre eux l’a-t-il réellement lu pour savoir comment le génome avait été séquencé ? Quelqu’un l’a fait et cela a été bien enfoui, mais c’est là, à partir d’un RT-PCR d’un fragment d’ADN non isolé ! La liste des études qui se chargent de faire des comparaisons avec l’étude défectueuse du séquençage génomique chinois est choquante, poursuit Mme Leader. Pourquoi les scientifiques n’ont-ils pas recherché la source du virus ?

Ils se montrent prudents, mais la Société Américaine de Microbiologie dénonce les faux positifs des tests PCR. Voir le lien ici.

En novembre, The Highwire a rapporté que les gouvernements australiens et britannique remplaçaient les décès dus à la grippe par le Covid-19 pour gonfler les chiffres. Paul Weston a également souligné que les flux latéraux ou tests rapides ont été utilisés à Liverpool et sur 96 000 tests effectués on a trouvé 842 positifs, soit 0,8%.

Ils ont testé 55 000 des mêmes personnes dans la même zone en utilisant le test PCR, et ont trouvé 1700 positifs, ce qui représente 3%. Les médias ont gardé le silence sur cette grande disparité dans la précision des tests et l’armée britannique a été envoyée pour forcer les enfants à se faire tester (PCR) dans les écoles de Liverpool sans le consentement des parents.

RÉSISTANCE INTERNATIONALE

En juin, le défi juridique de Tilbrook à la «Science-Covid» a été créé pour contester la fausse science et faire face aux politiques draconiennes du gouvernement britannique. En novembre, ils ont annoncé que la Loi 2020 sur le Coronavirus est nulle et non avenue. Il y a de nombreuses raisons à cela, la principale étant que Section 1 (1) de la loi définit le «coronavirus» comme étant «covid-19» ou son autre nom «SARS Cov-2». Cependant, en raison du fait qu’il n’est pas légalement, médicalement ou scientifiquement reconnu comme une maladie ou un virus, on ne peut pas être légiféré contre lui, ce qui rend cette loi nulle et non avenue. En outre, toute législation de tous les gouvernements du monde basée sur la pseudoscience d’un virus inexistant est également nulle et non avenue. Les gens ne sont pas tenus de suivre des ordres draconiens qui violent les tenants de leurs droits humains fondamentaux, comme le port de masques, le verrouillage, les injections médicales obligatoires ou les restrictions de voyage.

Le groupe juridique poursuit en expliquant que le «covid-19» n’a pas été soumis à la procédure légale, médicale et scientifique établie depuis 130 ans qui reconnaît s’il s’agit d’une maladie ou d’un virus, ou non, ce que l’on appelle les postulats de Koch. Il s’agit de purifier et d’isoler la «maladie» ou le «virus» et de prouver qu’elle est en fait la cause de la maladie que l’on prétend provoquer. 1) Pas de virus purifié, 2) pas de postulat de Koch. Le «virus» Corona n’existe pas.

Pour en savoir plus sur les postulats de Koch, veuillez visionner l’explication détaillée du Dr Andy Kaufman sur la raison exacte pour laquelle les exosomes sont confondus avec le virus Covid-19. Voici un rapport PMC révisé par des pairs de février, confirmant la même chose :

«L’association entre le 2019-nCoV et la maladie n’a pas été vérifiée par des expérimentations animales pour répondre aux postulats de Koch aux fins d’établir une relation causale entre un micro-organisme et une maladie.»

Les principaux chercheurs de Corona ont admis le 03 juillet qu’ils n’avaient «aucune preuve scientifique de l’existence d’un virus» dans cette collection de preuves.

L’Alliance des Médecins du Monde a déclaré le 10 juillet que le test PCR produit de 89 à 94% de faux positifs et a appelé cela des «Crimes contre l’humanité».

Une collection de réponses officielles aux demandes relatives à la Loi sur la liberté d’informer (FOIA ) de plusieurs autorités sanitaires mondiales publiées en juin, fournit des preuves supplémentaires que l’isolement et la purification des échantillons SARSCoV2 ne se sont jamais produits.

Le 1er juillet, l’Association bulgare de pathologie (BGA) a reconnu que les tests PCR COVID19 étaient scientifiquement dénués de sens :

«Bien que le monde entier se fie au RT-PCR pour “diagnostiquer” l’infection au Sars-Cov-2, la science est claire : ils ne sont pas adaptés.»

Même le traître Anthony Fauci, l’expert «bien-aimé» des experts nous en a donné la preuve le 16 juillet en déclarant que «les tests de Covid ont un défaut fatal». Consultez le blog de Jon Rappoport ici.

Un reportage de 21st Century WIRE du 21 août a révélé comment les gens sont trompés en leur faisant croire qu’il y a une pandémie virale alors qu’il n’y en a pas dans cet article intitulé : «RÉVÉLÉ : les autorités britanniques ont gonflé le nombre d’hôpitaux COVID au plus fort de la “pandémie”».

Le CDC aux États-Unis a publié un rapport le 31 août admettant que les tests PCR produisent 94% de faux positifs.

Le 21 septembre, le CDC a fait marche arrière et a admis qu’il n’y avait aucune preuve que Covid-19 est un virus aéroporté. Ils ont essentiellement induit le public en erreur dès le début :

«C’était une erreur de la part de notre agence et je m’excuse au nom du CDC», a déclaré John Brooks, médecin-chef de la réponse d’urgence Covid-19 du CDC.»

Le 24 septembre, des experts de la santé belges ont appelé à une enquête officielle de l’OMS pour «simulacre de pandémie de coronavirus».

Le 24 septembre, une bombe a été lancée exposant que «la séquence d’amorce du test PCR du coronavirus de l’OMS se trouve dans tout l’ADN humain». Essentiellement, n’importe qui peut être testé positif au «coronavirus» sans être malade parce que le «coronavirus» ce sont les gens.

Voici un excellent fil de discussion Twitter de septembre 2020, avec des rapports des médias grand public et des preuves prouvant que les hôpitaux enregistraient d’autres causes de décès en tant que «coronavirus».

Le Dr Mike Yeadon, l’ancien vice-président et directeur scientifique du fabricant de vaccins Pfizer (covid), a lancé l’alerte le 02 octobre en rapportant à Technocracy News que la «deuxième vague» était truquée :

«Il n’y a aucune science qui suggére qu’une deuxième vague devrait se produire.» L’initié de “Big Pharma” affirme que les faux positifs des tests COVID intrinsèquement peu fiables sont utilisés pour fabriquer une «seconde vague» basée sur de «nouveaux cas».

Le 27 octobre, Bobby Rajesh Malhotra dissèque le document de Christian Drosten d’Eurosurveillance qui était l’initiateur ultime, servant de «formule dogmatique et de principal outil de travail pour la religion du test RT-PCR actuellement dominante» comme il l’a dit lui-même. Vous pouvez consulter le fil Twitter ici.

LES GOUVERNEMENTS MONDIAUX DEMANDENT UN GÉNOCIDE

L’avocat germano-américain Reiner Füellmich a déposé une plainte en octobre contre le gouvernement allemand. Son équipe d’experts dans plus de 45 pays prépare des poursuites supplémentaires contre le gouvernement mondial pour avoir commis des crimes contre l’humanité sur les masses et pour avoir mis en œuvre un programme de génocide avec ce canular incroyable qui a déjà coûté des milliers de vies et de moyens de subsistance. L’équipe de Füellmich lance également un procès contre Google et Youtube pour complicité et censure de ce canular.

Dans cette interview critique de Fuellmich, il révèle comment les eugénistes élitistes et les gouvernements mondiaux ont manipulé perfidement la science pour établir l’utilisation frauduleuse du test PCR comme «l’étalon-or» pour tester le Covid-19 pour ce programme de génocide.

Crimes contre l’humanité, tests PCR portés devant les tribunaux – Entretien avec l’avocat Reiner Füellmich

REMARQUE : Youtube a supprimé cette vidéo. Si cela se produit, vous pouvez également consulter l’interview ici.

En octobre, le CDC a admis qu’il n’y avait pas d’«l’étalon-or» de l’isolat du virus Covid-19.

Veuillez également écouter cette courte vidéo du Dr Yeadon publiée le 02 novembre, expliquant comment le test PCR est utilisé de manière abusive pour mal diagnostiquer les gens.

Le 02 novembre également, la police de la Nouvelle-Galles du Sud (NSW) [Australie] a dénoncé la tromperie du «virus» Corona dans une lettre ouverte véhémente rapportée par Cairns News dans laquelle elle a déclaré :

«Rédigée par un agent principal de la patrouille routière Coffs/Clarence en Nouvelle-Galles du Sud et signée par des collègues, la lettre ouverte est adressée au commissaire de police de la Nouvelle-Galles du Sud, Michael Fuller, et est l’une des meilleures réfutations de la narrative COVID de peur et de contrôle écrit n’importe où, notant de fausses prédictions sur sa gravité, des statistiques fausses et trompeuses, des failles dans les tests et des questions sérieuses sur le virus lui-même.»

Le 04 novembre, le CDC a mis à jour son dernier rapport Corona qui a été diffusé dans les médias grand public, admettant finalement que «le Covid-19 est rarement la cause réelle de décès chez les patients atteints de coronavirus.» Le rapport du CDC a également révélé que seulement 6% des décès enregistrés comme des décès liés au Covid-19 étaient en fait dus au Covid-19. Sur les 220 000 décès attribués au coronavirus, seuls 13 200 étaient des décès liés au Covid-19. 88 208 sont décédés de pneumonie et de décès liés à la grippe, 17 799 sont décédés de maladies respiratoires chroniques, 26 365 sont décédés du syndrome de détresse respiratoire chez l’adulte, 44 000 patients sont décédés de maladies hypertensives, 23 000 de maladies cardiaques et les 28 000 autres sont décédés d’un arrêt ou d’une insuffisance cardiaque. Il est juste de dire que ces décès ont été causés littéralement par la corporatocratie médiatique, qui a effrayé les gens à mort.

Le 05 novembre, un lanceur d’alerte de Big Pharma au Royaume-Uni a présenté des documents annonçant sur l’émission de Mark Devlin que : a) aucun virus n’existe et aucun virus n’a été prouvé ; b) la cause du virus n’existe pas ; c) aucun contrôle de sécurité sanitaire n’a jamais été effectué pour prouver l’innocuité des vaccins pharmaceutiques.

Le 06 novembre, le Réseau d’Avocats Soucieux [2] a écrit une lettre ouverte au Premier ministre, Scott Morison, pour demander un examen et un retrait des mesures prises par les gouvernements victorien et australien sur la base d’une pandémie Covid-19 existante et/ou continue, menant à des états d’urgence déclarés, et a déclaré que «le coronavirus est un autre rhume/une autre grippe» et «il n’y a pas de pandémie».

Le 18 novembre, un tribunal portugais a jugé que le test PCR n’était pas fiable et qu’il était interdit de mettre en quarantaine quiconque sur la base de ce test. Le tribunal a déclaré que la fiabilité du test dépend du nombre de cycles utilisés et de la charge virale présente :

«Si une personne est testée par PCR comme étant positive lorsqu’un seuil de 35 cycles ou plus est utilisé (comme c’est la règle dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis), la probabilité que ladite personne soit infectée est inférieure à 3%, et la probabilité que ledit résultat soitun faux positif est de 97%

Le 25 novembre, le service de santé italien a confirmé que les faux positifs attribués au test PCR en tant que test diagnostique étaient de 95%. Des poursuites judiciaires ont commencé en Italie :

«Les faux positifs des diagnostics par tests Covid19 sont de 95%. Des poursuites judiciaires ont été engagées contre le diagnostic par tests PCR sous des accusations de fraude pour obtenir des fonds publics, de fausse alerte, de mensonge idéologique et d’homicide involontaire.»

Depuis le mois de mai dernier, le président de la Tanzanie, John Magufuli, a dénoncé les tests PCR Covid après avoir révélé qu’il s’agissait d’un abus frauduleux lorsqu’il a prouvé qu’une chèvre et un fruit avaient été testés positifs au coronavirus. Vous pouvez visionner son communiqué de presse sous-titré en anglais ici.

En outre, le jus de pomme, le coca-cola et un kiwi ont été testés positifs au «Covid-19». Visionnez la vidéo ici.

Le 04 novembre, le Dr Binder a expliqué comment il avait été arrêté par le gouvernement suisse pour avoir dit la vérité sur les tests PCR inefficaces. Vous pouvez voir l’interview ici. Il explique plus en détail l’arnaque du test PCR dans ce fil Twitter ici. /

Peter Hitchens explique dans une interview du 15 novembre : «Plus vous avez de tests, plus vous obtenez de résultats positifs.» Voir le lien ici.

Pour un examen plus technique, ce fil Twitter a été recommandé par le Dr Michael Yeadon le 22 novembre concernant le scandale des tests de masse par PCR.

Un rapport médiatique complet de Highwire a été publié fin novembre, intitulé «Arnaque aux tests PCR – Hystérie de 2ème vague DISCRÉDITÉE !» a souligné que le verrouillage est ce qui tue les gens.

Le 27 novembre, le Dr Yeadon a dirigé le rapport d’examen Corman-Drosten organisé par un Consortium international de scientifiques en sciences de la vie (ICSLS) intitulé «L’examen externe par les pairs du test RT-PCR pour détecter le SRAS-CoV-2 révèle 10 failles au niveau moléculaire et méthodologique : conséquences pour les résultats faussement positifs», où ils expliquent et décrivent en détail les 10 problèmes mortels de l’article de Corman-Drosten qui a été utilisé comme modèle standard pour le diagnostic de Covid-19 et les verrouillages consécutifs à l’échelle mondiale.

Une autre demande d’accès à l’information (FOIA) de l’ONS au Royaume-Uni, reçue le 28 novembre 2020, concernant les causes de décès au Royaume-Uni et au Pays de Galles a confirmé qu’il n’y a pas de décès excessifs dus au «coronavirus».

Les données empiriques du 1er décembre révèlent que la mortalité, toutes causes confondues, n’a pas dépassé au Royaume-Uni la limite supérieure depuis le 29 mai. L’augmentation des décès par «COVID» depuis le 04 septembre est presque entièrement compensée par une diminution des décès d’autres causes.

Le 02 décembre, le Dr Yeadon a révélé la grande escroquerie Covid-19 dans Green Med Info :

«Le test PCR provoque un faux “casdémique”… en utilisant le test PCR qui ne permet pas de diagnostiquer une infection active, une fausse narrative a été créée.»

Le 11 décembre, l’escroquerie des tests PCR a éclaté en Allemagne et Global Research a publié «Le scandale du coronavirus éclate dans l’Allemagne de Merkel. Faux positifs et le test PCR Drosten».

«L’arnaque a été confirmée : le PCR ne détecte pas le SRAS-CoV-2» a été publié par Green Med Info le 14 décembre, confirmant la fraude.

Global Research a publié un autre excellent article le 22 décembre sur l’escroquerie des tests PCR intitulé : «Le test COVID-19 RT-PCR : Comment tromper toute l’humanité. Utiliser un «test» pour verrouiller la société.»

Voici un autre superbe article publié par Natural Blazele 24 décembre intitulé «La tromperie du PCR». Je recommande de visionner la vidéo éducative à l’intérieur.

Cette courte vidéo montre comment le test PCR peut vous “diagnostiquer” comme “positif” alors que vous n’êtes même pas malade :

https://twitter.com/i/status/1310255209814335494

21st Century WIRE explique comment les eugénistes ont créé une casdemic :

https://twitter.com/lyne_ian/status/1327522237994307585?s=20

Regardez : «Toutes les choses effrayantes qu’on vous a racontées dépendent du test PCR peu fiable.»

Une autre bombe de vérité a été lancée le 09 décembre par le Dr Carrie Madej :

https://twitter.com/DrMadej/status/1336737724712312834

Les scientifiques montrent que les tests COVID sont «inutiles» et sont basés sur une «science défectueuse», selon LifeSite News.

Bien sûr, il y a eu une énorme censure de la part des grandes entreprises de technologie et une oppression des voix dissidentes. Par exemple, le cardiologue suisse, Dr Thomas Binder, a été arrêté pour avoir été en désaccord avec le verrouillage de Covid-19 et pour avoir exposé le test PCR défectueux ! On rapporte qu’il a dit :

«Le test Corona est la maladie, pas le virus.»

Il ne faut pas oublier l’impact psychologique du prélèvement effractif à l’intérieur du nez de votre enfant sur la délicate barrière hémato-encéphalique. Outre les traumatismes psychologiques, il existe un risque de blessures au nez.

Enfin, je vous laisse avec un message positif. Le professeur Sucharit Bhakdi nous a dit : «Arrêtez de suivre le joueur de flûte» et supplie les gens d’abandonner les masques et la distanciation sociale et de lire le consensus de l’OMS selon lequel vous n’êtes pas en danger à cause du «Covid-19». Voir cette vidéo :

Suivez également la page Twitter du Dr Michael Yeadon.

Traduit de l’anglais par BibiCabaya (23 janvier 2021).

À propos de l’auteur: Ariyana Love est ambassadrice de bonne volonté en Palestine (ICSPR), présidente d’une fondation internationale, défenseur des droits humains, journaliste et militante. Pour en savoir plus sur Ariyana, visitez son blog à Ambassador Love.

Source : The Liberty Beacon https://www.thelibertybeacon.com/evidence-of-genocide-coronavirus-pcr-testing/ , publié le 23 janvier 2021.

Partagé par BIN https://beforeitsnews.com/eu/2021/01/evidence-of-genocide-coronavirus-pcr-testing-2667143.html

*


Les Notes de BibiCabaya :

1 Liberté d’informer selon la règle statutaire Freedom of information Act : https://www.foia.gov/

2 Concerned Lawyers Network

*

*

*

*