MESSAGE AUX EXÉCUTANTS DE BASSES BESOGNES AU SEIN DES “FORCES DE L’ORDRE”

mercenaire du régime

Par BibiCabaya

J’entends, ici et là, des responsables syndicaux de Police Nationale et autres agents nous raconter, à la lumière des ATROCITÉS commises à l’encontre de la population lors des rassemblements des Gilets Jaunes, que les force de l’ordre (en l’occurrence celles du désordre, comme nous l’avons observé) ont reçu l’ordre de tabasser, gazer, mutiler et tuer (les faits parlent d’eux-mêmes) des membres du peuple venus exprimer leurs revendications, tout en laissant le champ libre aux casseurs venus semer la zizanie dans les rangs des Gilets Jaunes afin de les discréditer, et perpétrer des déprédations… les casseurs étant souvent des collègues…

Je rappelle donc à ces hypocrites et à ces pleutres que des ordres criminels ne doivent pas être exécutés car le crime est puni dans la loi des hommes comme dans la LOI DE DIEU, d’une part, et qu’il existe une charte qui permet à tout individu faisant partie de ces forces de l’ordre de refuser de commettre des actes immoraux, illégitimes et criminels même s’il en a reçu l’ordre. Ceci implique que tout membre de ces forces de l’ordre s’étant rendu COUPABLE de coups et blessures, d’homicides et autres actes criminels et délictuels à l’encontre d’autrui, à ses occasions comme à d’autres, sera tenu pour PERSONNELLEMENT RESPONSABLE de ses actes, et ne pourra pas en reporter la responsabilité sur ses donneurs d’ordre — qui paieront, eux aussi, en temps et en heure, le prix de leur forfaiture.

Ne croyez pas que nous n’avons pas compris qu’une des raisons pour laquelle vous avez ACCEPTÉ de devenir des criminels, à l’instar de vos donneurs d’ordres, c’est parce que vous craignez de perdre vos emplois, c’est-à-dire votre gagne-pain… et, par conséquent, que vous estimez que votre gagne-pain vaut la peine de tuer, mutiler, gazer et tabasser des inconnus qui n’ont fait de tort à personne et qui n’ont pas enfreint la loi. Vous avez tort. Ne croyez pas que vos crimes resteront impunis. Le peuple s’en souviendra, et les tribunaux populaires qui seront érigés partout en France, dans un avenir proche, vous jugeront sans états d’âme, et ce jour-là que DIEU vous vienne en aide !

Chacun est responsable de ses actes, et le moment est venu pour les force de l’ordre qui ne désirent plus être associées à la CRIMINALITÉ des “gouvernants”, et souhaitent bénéficier de clémence dans l’avenir, de baisser les armes et de le faire publiquement. Pour l’instant, vous avez encore l’opportunité de demander pardon à tous ceux à qui vous avez porté atteinte, souvent de façon IRRÉMÉDIABLE. Beaucoup de VOS VICTIMES ont leurs photos sur internet, vous les reconnaîtrez (si vous ne les avez pas trop amochées) ; retrouvez-les et IMPLORER leur pardon de manière sincère, cela ne pourra qu’alléger votre sentence future. Toutefois, il appartiendra à vos victimes ou à leurs familles de décider de vous pardonner ou non.

Il suffit qu’un SEUL d’entre vous dépose les armes, c’est-à-dire déclare PUBLIQUEMENT avoir décidé de ne plus s’en prendre à des membres pacifiques du peuple et de ne plus enfreindre leurs droits de réunion, de rassemblement et de circulation pour que les plus honnêtes d’entre vous le rejoignent. Quand vous serez envoyés mater et buter du Gilet Jaune, vous déposerez vos armes et enlèverez vos casques : vous aussi, vous êtes LE PEUPLE… ne l’oubliez pas !

«J’obéissais aux ordres» n’est plus une excuse depuis Nüremberg !

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

Un commentaire

  1. […] La liste des victimes est longue, pardonnez-moi si toutes ne sont pas nommées. Toutefois, les coupables n’échapperont pas à la JUSTICE selon LA LOI. Aux policiers coupables de crimes : dénoncez vos donneurs d’ordres si vous souhaitez une quelconque clémence (aucune garantie). […]

Les commentaires sont fermés.