LA VÉRITÉ SE FAIT JOUR : LE PORTUGAL NOUS MONTRE LA VOIE…

D’Europe par Karma Singh

Toute la manigance Covid-19 est en train de s’effondrer…

La «Santé publique» du Portugal a été forcée de réduire ses demandes de décès de Covid-19 de 17 000 à 152…

Certains se souviendront comment, en novembre 2020, la Cour d’appel de Lisbonne, au Portugal, a statué sur une ordonnance d’habeas corpus selon laquelle les résultats des «tests» de réaction en chaîne par polymérase (PCR) ne pouvaient être utilisés pour diagnostiquer quelqu’un comme malade et/ou infectieux parce que le test de réaction en chaîne par polymérase n’est pas capable de le faire.

La raison pour laquelle l’inventeur, le Dr Kerry Mullis, PhD, et tous les fabricants déclarent que le PCR ne devrait jamais être utilisée à des fins de diagnostic est parce qu’elle n’est tout simplement pas capable de faire une telle distinction.

Quand nous ajoutons à cela le fait que le PCR n’est jamais utilisée pour détecter la présence d’un «virus» qui cause Covid-19 dans la mesure où un tel «virus» n’a jamais été trouvé, puis demandons ce qu’un «test» PCR prétend nous montrer, nous entrons en eaux très troubles.

En 2004, une micro-protéine a été découverte…

Elle est environ mille fois plus petite qu’un «virus» putatif avec à peine 37 paires de bases dans son génome. Un «virus» est supposé avoir 30 à 40 000 paires de bases (comme l’existence de virus n’est qu’un postulat en attente de preuve, le nombre de paires de bases, comme pour tous les autres attributs, ne peut être que spéculation.) En outre, cette micro-protéine a été découverte dans les génomes de visons, moutons, chèvres, lions, plus de 100 types de bactéries et même dans un fruit, la papaye. On le trouve à 74 endroits dans le génome humain. Il est probable que tous les mammifères l’utilisent pour construire leurs cellules.

Pour les besoins de cette plandémie, cette micro-protéine a été rebaptisée «Sars-Cov-2».

Bien que beaucoup d’efforts ont été déployés pour masquer ces faits et que des déclarations folles selon lesquelles il S’AGIT du virus et/ou que le nom alternatif du Covid-19 ont été faites, il n’en est rien, et elle reste un élément de base stable pour les protéines humaines.

Nous comprenons maintenant pourquoi le Dr Mullis a déclaré que le PCR ne devrait jamais être utilisé à des fins diagnostiques :

Dans la majorité des «tests», le PCR ne parvient pas à détecter la micro-protéine qui est toujours présente ! Un résultat «positif» de «test» PCR est également dénué de sens car cette micro-protéine n’a, de toute évidence, aucun lien avec une maladie quelconque.

La décision de justice de novembre est la raison pour laquelle le Portugal n’a soudainement eu aucun cas de Covid-19 !

Les politiciens portugais ont affirmé qu’environ 17 000 personnes sont mortes de Covid-19. Les informations ci-dessus ne sont pas l’unique raison d’en douter. Un groupe de défense des droits de l’homme a déposé une demande en vertu des lois sur la liberté d’information pour obtenir les chiffres précis enregistrés. Aucune réponse n’a été donnée.

Vue d’Alfama, le plus ancien quartier de la vieille ville, avec l’église de Saint Stephen au lever du soleil nuageux, Lisbonne, Portugal

Au Portugal, c’est beaucoup plus facile à découvrir que dans la plupart des pays car il n’y a qu’un seul organisme qui peut émettre des certificats de décès, donc tous les dossiers sont au même endroit. Dans de nombreux autres pays, tels que le Royaume-Uni, les États-Unis, l’Allemagne, etc., des centaines et parfois des milliers de personnes délivrent des certificats de décès valides.

Le collectif s’est alors adressé aux tribunaux pour faire respecter l’obligation de fournir ces informations.

Après de nombreux va-et-vient, les chiffres ont finalement été remis au tribunal. Le nombre réel de «vrais» décès de Covid-19 au Portugal de janvier 2020 à avril 2021 n’est que de cent cinquante deux (152) ! Tous les autres sont morts d’autres causes mais, parce que le PCR a détecté la micro-protéine, ils ont ensuite été reclassés comme Covid-19 même deux semaines après la mort ! Ceci signifie que 99,1% des déclarations de décès de Covid-19 ont été considérées comme des mensonges délibérés.

Toutefois, ce «152» est totalement fictif !

Comme nous l’avons vu plus haut et comme l’a statué la Cour d’appel de Lisbonne en novembre, le PCR ne nous dit absolument rien sur la santé ou la maladie. Il ne peut donc pas étayer même l’affirmation selon laquelle seulement 152 personnes sont décédées de Covid 19 sur une période de 16 mois.

Comme, à ce jour, il n’y a aucune preuve tangible que même la maladie «Covid-19» existe, le nombre réel de «morts» ne peut être estimé qu’à zéro !

Les statistiques du taux de mortalité apportent un soutien total à ceci dans le monde entier (sauf là où il s’agit de secrets d’État – comme en Chine – bien sûr). Nulle part sur Terre, les taux de mortalité globaux pour 2020 et les premiers mois de 2021 ne dépassent les niveaux annuels typiques.

Le nombre d’inhumations et de crémations est également typique, c’est-à-dire qu’il n’y a AUCUN cadavre supplémentaire à éliminer. Une exception apparente au Royaume-Uni est simplement apparente et non réelle.

En avril et mai 2020, le taux de mortalité a grimpé en flèche ;

non pas à cause du «Covid-19», mais parce que le gouvernement avait utilisé cette maladie imaginaire pour refuser à des dizaines de milliers de personnes très malades l’accès à un traitement médical, entraînant la mort de nombreuses gens.

Il n’y a aucune raison de supposer que cette divulgation est exclusive au Portugal. Les maladies, les animaux sauvages et la météo ne respectent pas les frontières nationales. La plupart des pays utilisent les mêmes faits et procédures scientifiques.

Il est donc juste de supposer qu’il n’y a jamais eu un seul décès de Covid-19 nulle part sur Terre. [1]

La décision du tribunal de Lisbonne (d’où le nom du demandeur a été expurgé) ainsi que les traductions en anglais et en allemand peuvent être lues ou téléchargées ici : https://www.harmonyenergyconsultants.com/web/en/porteno-court.html

Les lecteurs doivent noter que le tribunal de Lisbonne n’a pas ordonné la publication des statistiques sur les décès, mais que la Direçao General da Saúde (Direction générale de la santé) les a volontairement remises au tribunal et elles ont subséquemment été transmises au plaignant.

La procédure judiciaire concernait les autres informations demandées par le plaignant. La Direction générale de la santé a défendu sa position en déclarant qu’il s’agit d’informations auxquelles elle n’a pas accès. Le tribunal a estimé que cela était correct et a rejeté l’affaire. Cependant, comme la Direction générale de la santé avait initialement refusé de fournir les informations dont elle disposait, c’est-à-dire les statistiques de décès demandées, le tribunal a décidé que la Direction générale de la santé devait prendre en charge tous les frais.

On ne sait pas encore si le plaignant continuera de tenter d’obtenir les autres informations demandées dans d’autres ministères.

Soyez bénis.

Karma Singh
www.karmabooks.co.uk

Traduit de l’anglais par BibiCabaya (01 août 2021).

Source : The Bolen Report https://bolenreport.com/getting-to-the-truth-portugal-shows-us-the-way/, publié sur le 28 juillet 2021

Partagé par I-UV https://i-uv.com/getting-to-the-truth-portugal-shows-us-the-way/


Note de BibiCabaya :

1 Voir Personne n’est mort du coronavirus https://bibicabaya.fr/2020/07/25/personne-nest-mort-du-coronavirus/

*

*

*

*