L’ERREUR FONDAMENTALE DES JURISTES

Par BibiCabaya

Dans son dernier courrier adressé au président de la République, Carlo Brusa, avocat de son état [1], a commis une grave erreur en déclarant que les Hommes et les Femmes sont des sujets de droit…

La phrase qui l’incrimine est la suivante (elle est en gras dans son texte) : «… la liberté de vivre, de travailler et d’être respectés comme des sujets de droit.» Un «sujet» étant un esclave, j’ai du mal à voir quelle forme de respect il pourrait obtenir de la part de ses maîtres étant donné que ces derniers ont droit de vie et de mort sur leurs esclaves. Ne sont-ils pas précisément en train d’assassiner les vieux (et pas que) en ce moment même sur la base de ce principe ? Ne sont-ils pas en train de dépouiller les Hommes et les Femmes de leurs gagne-pain sur la base de ce principe ? Ne sont-ils pas en train d’imposer un masque à toute la population sur la base de ce principe ? Ne sont-ils pas en train de restreindre les libertés naturelles sur la base de ce principe ?

Je trouve intéressant que Carlo Brusa utilise le terme «liberté» en même temps que l’expression «sujet de droit» car il est évident que les deux termes sont antinomiques ! Soit on est libre, soit on est «sujet» ; on ne peut être les deux à la fois. On est souverain ou on est serf. Le terme «sujet» est une qualification juridique que connaît très bien Carlo Brusa. Les sujets ont des «permissions» pas la liberté ! Carlo Brusa demande au maître de «donner la permission» à ses «sujets» de «vivre et travailler», comme si Emmanuel Macron était le maître des Hommes et des Femmes de ce pays. Déjà il est totalement illégitime dans sa position à la tête de République Française Présidence étant donné que les élections étaient largement truquées, d’une part, et sont de nature frauduleuse, d’autre part, puisque la population [2] n’a pas à élire les cadres supérieures des entreprises privées !

Nous avons vu à travers ce blog depuis 2014 que les Hommes et les Femmes sont les créatures du Créateur Primordial qui a créé la terre sur laquelle nous marchons et le firmament au-dessus de nos têtes ainsi que les eaux au-dessus du firmament et sur la terre et en-dessous de la terre. Pas même la moindre des cellules de notre corps de chair n’a été produite par ceux qui produisent le «droit» (= règles statutaires privées) [3]. Pas la moindre parcelle de notre Âme Éternelle n’a été produite ni reproduite par ces mêmes gens qui produisent le «droit». Par conséquent, les Hommes et les Femmes de la Création ne peuvent être «sujet de droit» et NE LE SONT PAS ! C’est un mensonge et un piège mortel que de l’affirmer.

Qu’est-ce qu’un «sujet de droit» ?

Un sujet de droit est d’abord une «personne», et une «personne» est une entité dénuée de VIE. C’est une inscription sur un registre ou tout autre support ; c’est un concept juridique (donc intellectuel), une fiction, un masque (ils aiment les masques !!!) qui sert à cacher la nature réelle de l’Homme et de la Femme, soit sa nature DIVINE. Seules les «personnes» ― dites «morales, physiques, naturelles» ― sont des «sujets de droit» car elles sont produites par le droit et non par le Créateur Primordial. En effet, ces personnes sont des créations juridiques (créatures de l’Homme) et non naturelles (créations du Créateur). Une «personne» n’est pas une création du Créateur car le Créateur a crée les Hommes et les Femmes et toutes sortes de créatures VIVANTES possédant l’âme éternelle qui est une parcelle de Lui-même. Ils les a créés LIBRES et non assujettis à leurs pairs au moyens de règles privées et arbitraires.

Ce ne sont donc pas les Hommes et les Femmes de la Création qui sont inscrits sur les registres (commerciaux ou autres) des entités qui «écrivent le droit» et «font les règles» (leurs règles) ; ce sont des créations de papier. Les Hommes et les Femmes de la Création du Créateur Primordial sont-ils des créations de papier ou disposent-ils de l’âme éternelle et d’une merveilleuse enveloppe de chair qui est une «mécanique divine» que rien ni personne ne peut égaler en ce monde en matière de création ?

Afin de soumettre l’Humanité à leurs diktats (esclavage), certains groupes de gens et/ou de démons, fils et filles de Satan, qui se veulent supérieurs aux autres et particulièrement aux multitudes du Créateur, ont décidé d’assujettir ces dernières à leurs règles privées qu’ils appellent «droit», «codes de lois», etc. Exemple, le Code Noir est un «code de lois», c’est-à-dire un ensemble de règles privées de «droit» écrites par des gens qui cherchaient à faire des multitudes noires du Créateur leurs esclaves. Le Code des Impôts et tous les autres «codes» sont aussi des règles privées de «droit» qui visent à assujettir et à détrousser les Hommes et les Femmes de la Création. Le «droit» N’EST PAS LA LOI. La loi à laquelle les Hommes et les Femmes de la Création sont soumis est la Loi du Créateur, c’est-à-dire la Loi Naturelle : celle qu’Il a Lui-même créée. Cette Loi, l’Unique Loi, nous a été rappelée à travers les siècles par les Sages et les Prophètes qui jouissaient d’une conscience supérieure et étaient en mesure de savoir ce qu’était LA LOI du Créateur car LA LOI est inscrite dans nos gènes et notre conscience (connaissance du Bien et du Mal) pour peu que notre conscience soit suffisamment étendue pour qu’on en vienne à la percevoir et à agir directement à son niveau, à la connaître de l’intérieur de nous-mêmes.

Un sage de l’Inde, Maharishi Mahesh Yogi, a dit : «La connaissance est structurée dans la conscience» et il l’a démontré au moyen des effets des techniques millénaires qu’il a rendu disponibles aux peuples occidentaux afin qu’ils élèvent leur conscience. Ceci signifie qu’en élevant notre niveau de conscience, nous devenons capables d’aborder les rivages de la Connaissance qui comprend, d’une part, les Lois Naturelles et les Rouages de la Création et, d’autre part, tout le Savoir de l’Humanité.

Donc, affirmer que «les hommes et les femmes sont sujets de droit» revient à cautionner leur esclavage aux mains d’un petit nombre d’entités malfaisantes et assoiffées de pouvoir car être soumis au «droit» (= règlement / règles / statuts privés) de tiers, être «sujets de droit» revient à être esclaves de ces mêmes tiers. Je crois que Carlo Brusa est suffisamment intelligent pour éviter ce genre de formule maladroite, mais en même temps, c’est un avocat du Barreau, et nous avons vu que le Barreau est une secte internationale qui travaille contre les Hommes et les Femmes et contre Dieu. Ce sont les avocats et juristes qui planchent sur tous les textes qui visent à nous asservir. La plupart des hommes / femmes politique sont des avocats ; croyez-vous que c’est un hasard ? C’est la secte religieuse des disciples de Cybèle dont fait partie l’Église catholique [4]. Certains avocats peuvent ne pas en être conscients car, comme chez les Francs-maçons, la connaissance n’est réellement disponible qu’aux échelons les plus élevés de la hiérarchie des «grands prêtres» de ces sectes et non aux échelons inférieurs. Ceci est expliqué par Anna von Reitz, juge de droit coutumier / common law, en Alaska, dans certains de ces articles [5].

Comme le dit Anna von Reitz dans son récent article sur Heather Ann Tucci-Jaraff et l’OPPT, un avocat est lié par son serment au Barreau [6] et il ne rompra pas ce serment, sauf à accepter d’être rayé du Barreau et de ne plus pouvoir exercer son activité lucrative. Ne croyez pas que ceci ne concerne que les avocats américains. Le système est mondial et, si ce n’était pas le cas, il n’existerait rien de tel qu’une International Bar Association (= Association Internationale du Barreau) ou encore Union Internationale des Avocats dont la mission serait de «rétablir l’État de droit». Où étaient ces gens quand Milosevitch a été arrêté et assassiné au TPI ? Où étaient ces gens pour défendre en chœur Laurent G’Bagbo et les Ivoiriens qui avaient voté pour lui ? Où étaient ces gens quand Khadafi s’est fait assassiner ? Où sont ces organismes pour s’opposer à la dictature sanitaire mondiale ? Certes, quelques milliers d’avocats à travers le monde, comme Carlo Brusa en France, se sont démarqués en se mobilisant et se réunissant pour agir contre cette dictature, mais pas ces organismes en tant que tels… pas à ma connaissance en tout cas. Et on verra bien si ces avocats réussissent leur coup étant donné qu’ils ont eux aussi prêté serment au Barreau de leur pays [7] et qu’il y a une limite qu’ils ne pourront pas franchir sauf à se faire éjecter du Barreau et de ne plus pouvoir plaider aucune cause dans le système [8].

Ne vous méprenez pas : je n’ai rien contre Carlo Brusa. Je le trouve agréable, charmant et plein d’énergie et je suis sûre qu’il est compétent en matière juridique. Je suis même inscrite à son association Réaction19 de façon à suivre ses actions. Je l’ai soutenu sur ce blog et je continuerai à le faire, dans une certaine mesure, bien que j’ai toujours su qu’il ne se mettrait jamais le système à dos. Il ne fera que ce qu’il lui est possible de faire dans le cadre des règles criminelles du système ; or, dans ce système nous sommes considérés et traités comme des «sujets de droit» c’est-à-dire comme les esclaves du système et de ses agents, comme des choses, comme des marchandises appartenant à X ou Y. Or, par nature, nous ne le sommes PAS !! Nous sommes les Enfants du Dieu Vivant. Je suis consciente que c’est une notion très ardue à saisir pour un juriste : nous l’avons vu avec Valérie Bugault.

J’invite tout un chacun, y compris Carlo Brusa, à lire et relire le document «Je suis conscient du monde réel» d’Otravezveolanaturaleza afin de bien comprendre que :

une «personne» EN DROIT est une CRÉATION JURIDIQUE (personne morale) ― et non un Homme ou une Femme VIVANTS créés par le Créateur Primordial ;
• une «personne physique / naturelle»,
EN DROIT, est une «PERSONNE MORALE» frauduleusement associée à un Homme ou une Femme VIVANTS afin de les soumettre, mais n’est ni cet homme ni cette femme.

Valérie Bugault est tombée dans ce piège (voir ma Réponse à Valérie Bugault ) en dépit de son doctorat en droit. Il faut dire que le sujet de la personne juridique est abordée en quelques minutes lors du premier trimestre de la licence en droit et qu’il n’est évidemment pas révélé aux étudiant la nature de cette fraude ni son étendue car autrement le système s’effondrerait du jour au lendemain. Les étudiants se contentent donc de ce qu’on leur dit et ils pensent que c’est naturel et même ingénieux d’avoir une «personnalité juridique» sur terre… Non, ce n’est ni naturel ni ingénieux : c’est un piège mortel car, aujourd’hui, à cause de cette «personnalité juridique» qui est la propriété des esclavagistes, ces derniers se figurent qu’ils ont des droits, crées par eux-mêmes, sur les Hommes et les Femmes de la Création du Créateur associés à cette personne juridique, mais également sur leurs corps de chair. C’est un tour de passe-passe que permet le «droit». Le «droit» est de la criminalité. Je suis sûre que si on comparait les règles de «droit» qui nous sont favorables à celles qui ne le sont pas, le ratio pourrait bien être de 99:1…

Le «droit» permet de réaliser toutes les fantaisies et tous les fantasmes, y compris les plus criminels. Nous le voyons tous les jours… N’est-ce pas le «droit» (règles juridiques émanant de la pensée d’un Homme ou d’une Femme ou de démons) qui a permis à Emmanuel Macron, Olivier Véran et tutti quanti d’assassiner nos aînés dans les EHPAD, d’interdire les médecins de soigner leurs patients et donc de les laisser mourir, d’interdire les remèdes efficaces, d’emprisonner toute une population «à domicile», de fermer les commerces et donc de mettre les Hommes et les Femmes sur la paille en les privant de leurs activités professionnelles et de leur gagne-pain, ce qui a déjà entraîné des suicides, et bientôt d’imposer une pseudo thérapie (vaccins géniques) dont personne n’a besoin et que personne n’a réclamée, etc. ? Le «droit» le permet, en effet, car il est question de règles privées ciblant des entités fictives, alors que LA LOI du Créateur NE PERMET PAS d’agir de cette façon dans la mesure où le respect de toute vie et le respect d’autrui font partie des Lois Naturelles de la Création. Toutefois, quand les entités fictives sont frauduleusement associées aux Créatures du Créateur, tout devient possible aux criminels. Nous l’observons…

Donc, je réitère qu’il est très dangereux de prétendre et d’affirmer que les Hommes et les Femmes créés par Dieu sont des «sujets de droit» dans la mesure où (1) c’est totalement faux, et (2) ils pourraient le croire ; c’est le cas de beaucoup de nos frères et sœurs qui ont été lavés du cerveau / lobotomisés. Je ne suis pas surprise que Carlo Brusa ait utilisé cette formule, mais je suis tout de même déçue car, comme je l’ai dit, il m’apparaît assez intelligent pour en trouver une autre ou, mieux, pour ne pas en utiliser du tout dans son texte ― vu que ce n’était pas nécessaire à la compréhension… Mais cela nous rappelle qu’aucun avocat ne pourra plaider notre cause car il n’enfreindra jamais son serment au Barreau ― dont loges associées ― car, dans les rares cas où il le fera, il en paiera le prix en étant rayé du Barreau.

Je ne crois pas que Carlo Brusa souhaite particulièrement être rayé du Barreau car il a des responsabilités familiales, professionnelles et sociales… Mais, par cette formule malheureuse autant que révélatrice, il a clarifié sa position. Ne rien attendre d’extraordinaire de la part de Carlo Brusa : le système classera ses documents «sans suite» dans le meilleur des cas. Ceci étant dit, je ne demande qu’à être surprise… sans toutefois retenir mon souffle. À l’heure actuelle, beaucoup de gens dans le monde, y compris des avocats, savent preuves à l’appui que nous n’avons pas affaire à un «État» ― et encore bien moins un État de droit ― mais à un conglomérat d’intérêts privés se faisant passer pour un État légitime et faisant commerce de «services gouvernementaux». C’est ce qu’avait révélé l’OPPT. Le fait que Carlo Brusa n’aborde pas ce sujet fondamental qui est à la base de notre esclavage et représente une immense escroquerie et un crime contre le peuple français (et le reste de l’Humanité) est le signe certain que notre défense ne sera pas assurée par lui.

Liens :

Un mot sur les avocats
Monde réel vs monde juridique
Le nom est une fausse identité
Autre articles d’Anna von Reitz


Notes :

1 Un avocat inscrit au barreau fait partie d’une secte, le Temple Bar (Barreau du Temple ! Un temple est un lieu de CULTE). Il s’agit d’une secte religieuse dont l’origine remonte aux temps de Nimrod et dont le Pape est le chef suprême. Sciemment ou inconsciemment, les avocats travaillent pour cette secte et ne feront jamais rien qui va à l’encontre des intérêts de cette secte. Dans les rares occasions où c’est le cas, ils sont rayés du Barreau car ils ne servent plus ce dernier.

2 À moins d’être liée à cette société privée à son insu et d’une façon tacite ou présumée qui relève de la fraude, voire du crime, d’autant plus que la population n’a pas été informée du changement de nature des pseudo «autorités».

3 La «science» est incapable de créer la VIE ; seul le Créateur Primordial de Tout Ce Qui Est est en mesure de le faire et l’a fait ! La science peut dupliquer des cellules vivante, elle peut trafiquer des cellules vivante et peut amalgamer des cellules vivantes, mais ELLE NE PEUT CRÉER DES CELLULES VIVANTES comme l’a fait le Créateur de la terre, du firmament, des eaux et des êtres vivants.

4 Rappelons-nous que le Pape de l’Église catholique est le chef suprême des systèmes judiciaires de la Matrice. Il plane au-dessus des autres prêtres en robes noires que sont les avocats et les «juges» ; ces pseudo juges sont des administrateurs de comptes commerciaux dans la Matrice ― ce sont des banquiers…

5 Commençons par le commencement (traduit et publié janvier 2017 sur mon deuxième blog, effacé depuis) et également Le principe de substitution. Mais il y en a d’autres.

6 Notez que le serment est au Barreau et non à ses clients qui le paient.

7 C’est un Barreau mondial même s’il donne l’impression d’être spécifique à tel ou tel pays… un peu comme les gouvernements qui dépendent tous du NOM (les 13 familles) et qui œuvrent de concert.

8 Aux États-Unis, tout juriste (nul besoin d’être avocat) peut devenir un PAG (Private Attorney General) et défendre ses clients dans les tribunaux. Peut-être est-ce le cas dans d’autres pays, y compris d’Europe…

*

*

*

*

3 commentaires

  1. […] n’ont AUCUN DROIT NI AUCUNE AUTORITÉ SUR NOUS, les Hommes et les Femmes de la Création ( voir L’erreur fondamentale des juristes et Nous ne tolérons plus les sociétés gouvernementales ). Ils l’ont pourtant fait croire en […]

Les commentaires sont fermés.